Agence Mauritanienne Indépendante d'informations
Le (RINLCAO) Organise une Assemblée Générale Extraordinaire à Bamako

Le Réseau des Institutions Nationales de Lutte contre la Corruption en Afrique de l'Ouest (RINLCAO) a tenu une Assemblée Générale Extraordinaire à Bamako, au Mali le 8 et 9 juin 2015

  Pour cette occasion Le Comité exécutif du RINLCAO a publié, le 9 Juin 2015 le communiqué de  presse suivant

                                               

 

LE RESEAU DES INSTITUTIONS  NATIONALES

  DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION EN  AFRIQUE DE L’OUEST

   COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Les 8 et 9 juin 2015, une Assemblée Générale Extraordinaire du Réseau des Institutions Nationales de Lutte contre la Corruption en Afrique de l'Ouest (RINLCAO) a eu lieu à Bamako, au Mali. Le RINLCAO est une association indépendante à but non lucratif créé à l'initiative de la Communauté économides États d'Afrique de l'Ouest  C .E.D.E.A.O

L'Assemblée Générale Extraordinaire visait à modifier les Statuts du RINLCAO et de discuter des liens entre le trafic de drogue, le crime organisé et la corruption en Afrique de l'Ouest

 
L’ONUDC Organise un atelier sur l’enseignement de la lutte contre la corruption a l’université au Qatar

L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a organisé en collaboration avec le  Centre d’État de Droit et Anti-corruption de Doha, au Qatar,  un atelier de trois jours du 2 au 4 juin 2015, pour des professeurs de treize pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale sur l’enseignement de la lutte contre la corruption à l’université

A la fin  de cette importante rencontre Les participants  ont publié le Communiqué final suivant

 

 

Atelier sur L’enseignement de La Lutte Contre La Corruption A L’Université en Afrique de L’Ouest     et   de L’Arique Centrale

Doha, Qatar, 2-4 juin 2015                                                                    

                                                      

                                                                         COMMUNIQUÉ    FINAL                                                 . 

         .                                                                

 

  Du 2 au 4 juin 2015, des professeurs de treize pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centralese sont réunis pour la première fois sous l’Initiative Académique Anti-Corruption (ACAD) de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) au Centre d’État de Droit et Anti-Corruption à Doha, Qatar, pour un atelier sur l’enseignement de la lutte contre la corruption à l’université.

 

: Cet atelier visait à

(i) Familiariser les participants avec la Convention des Nations Unies contre la Corruption ;

(ii) Promouvoir l’enseignement de la lutte contre la corruption dans les programmes universitaires ;

(iii) Examiner et enrichir un cours modèle multidisciplinaire développé pour l’enseignement de la lutte contre la corruption à l’université ;

(iv) Aborder la question de la corruption au sein des établissements universitaires.

 

 

Conscients des effets néfastes de la corruption sur le développement économique, social et culturel, ainsi que sur la sécurité et la paix en Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale

 

 

Conscientsdu rôle des universités dans la formation et le développement des cadres professionnels de demain

 

 

Constatant  la rareté des formations adéquates en matière de lutte contre la corruption dans les différentes institutions universitaires

 

 

Reconnaissant les défis de corruption existants au sein des établissements universitaires 

 

 

Prenant acte de l’initiative ACAD de l’ONUDC pour promouvoir l’enseignement de la lutte contre la corruption au sein des universités à travers le monde ;

 

 

Reconnaissant les efforts de l’UNESCO pour promouvoir des stratégies de lutte contre la corruption au sein des établissements universitaires

Rappelant le plan stratégique du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) visant, entre autres, à promouvoir l’éthique et la déontologie

 

Rappelant également le plan stratégique du Réseau des Institutions Nationales pour la Lutte contre la Corruption en Afrique de l’Ouest (RINLCAO) prévoyant, entre autres, la collaboration de ces institutions avec les universités de la région afin d’intégrer la lutte contre la corruption dans l’enseignement supérieur.

 

:Les participants 

 

Recommandent à l’ONUDC, à l’UNESCO,au CAMES, au RINLCAO,et au Centre d’État de Droit et Anti-Corruption à Doha (Qatar) de continuer de travailler conjointement, par le biais de l’ACAD,entre autres, avec les universités de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale, et les structures de recherche universitaires ou indépendantes afin d’intégrer l’enseignement de la lutte contre la corruption dans les différentes disciplines universitaires

 

2. Recommandent l’introduction d’un cours de base commun sur la corruption et la lutte y afférente(dans le tronc commun) afin de promouvoir la citoyenneté, ainsi que des modules spécialisés sur la lutte contre la corruption dans les différentes disciplines universitaires, qui pourraient être développésavec l’appui du CAMES et de l’ONUDC

 

Recommandent que le CAMES, l’ONUDC et l’UNESCO soutiennent le développement d’un programme master interdisciplinaire en matière de lutte contre la corruption au niveau sous régional en partenariat avec différentes universités et structures de recherche universitaires ou indépendantes intéressées par la question de la corruption

 

Recommandent la mise en placed’ un réseau d’universitaires de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale intéressés par la question de la corruption à travers l’adhésion à l’ACAD, afin de promouvoir l’enseignement de la lutte contre la corruption, le développement de cours pilotes, l’organisation de colloques universitaires sur la lutte contre la corruption aux niveaux national et international, le développement de la recherche, la production d'études et statistiques en la matière, et des propositions de politiques universitaires visant à prévenir et combattre les manifestations de la corruption

 

Recommandent que le cours modèle développé par l’ACAD soit adapté au contexte africain et que le « menu de ressources »dudit cours soit développé davantage, dans la forme et le fond, par l’ONUDC et l’UNESCO, en particulier par l'expansion de ressources en langue française

 

. Recommandent qu’un représentant de l’ACAD soit invité à participer au prochain Comité Consultatif Général du CAMES qui se tiendra du 13 au 22 juillet 2015 à Libreville, au Gabon, afin de présenter le contenu de cette initiative

 

. Recommandent que l’ONUDC et le CAMES conviennent d’un partenariat afin de promouvoir l’enseignement de la lutte contre la corruption dans les universités en Afrique francophone et lusophone

 

 

. Recommandent que l’ONUDC continue d’encourager la recherche sur la lutte contre la corruption, y compris des travaux scientifiques à présenter lors de colloques

 

. Recommandent à l’ONUDC et l’UNESCO de renforcer leur collaboration sur lathématique de la lutte contre la corruption au sein des universités.

 

 

Félicitent et remercient  l’ONUDC et le Centre d’État de Droit et Anti-Corruption du Qatar, organisateurs de la rencontre pour cette initiative, tout en les appelant, ainsi que toutes les parties concernées, notamment, l’UNESCO, le CAMES, le RINLCAO,et les professeurs ayant participé à cet atelier, de continuer leur accompagnement des actions envisagées ci-dessus.

     

                                                                  Fait à Doha, Qatar,le 4 juin 2015                                                                     

 
JME 2015: Une ONG Nationale Organise la cérémonie officielle en Mauritanie

L’Association  LUTTE  CONTRE LA PAURVETE   ONG L.C.P  a organisé  vendredi  5 juin, la cérémonie  officielle commémorant  la journée mondiale de l'environnement 2015 en Mauritanie à la plage de Nouakchott,  Sous le parrainage du Ministère de l'environnement et du développement durable et en collaboration avec  LE PNUD  Mauritanie

 

La cérémonie s'est déroulée en présence des secrétaires généraux des ministères de l'agriculture, de l'élevage, des pêches et de l'économie maritime ainsi que des autorités administratives, locales et municipales de Nouakchott Ouest et d'un partenaire de partenaires techniques et financiers du département de l'environnement et du développement durable

M. Madi Ould Taleb secrétaire général du ministère de l'environnement et du développement durable  qui préside  la Cérémonie a souligné dans son discours d’ouverture des festivités marquants  cette JME2015 : que le ministère de l'environnement et du développement durable  veille à la limitation des impacts de l'action humaine sur les ressources naturelles et sur l'amélioration du cadre de vie au niveau de la capitale Nouakchott, précisant que ce travail de sensibilisation intervient dans un contexte particulier caractérisé par la pollution des côtes nationales par des tâches d'huile

 
OMLCC ORGANISE A NOUAKCHOTT UN ATELIER: sur L'indice de Perception de la Corruption

Une quarantaine de participants  représentants des Organisations de la Société Civile (OSC), des media, des institutions publiques, parapubliques et privées, des centres de recherche et des PTF prennent part, ce mercredi, à un Atelier de formation sur l’Indice de Perception de la Corruption (IPC). Cette session est organisée jusqu'au jeudi par  l’Observatoire Mauritanien de lutte Contre la Corruption (OMLCC) , en partenariat avec le PNUD. Cet atelier permettra de  familiariser les différentes acteurs  et les

 
Le Président de la République visite le périmètre pilote pour la culture maraichère à Kankossa

Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a visité jeudi matin le périmètre pilote pour la culture maraichère dans la moughataa de Kankossa

A son arrivée, le chef de l'Etat a été accueilli par le ministre de l'agriculture, M. Brahim Ould M'Bareck Ould Mohamed El Moktar

 
ONUDC : organise une Conférence régionale Anti-corruption en Afrique de l’Ouest

  L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime l'ONUDC en partenariat avec la Haute Autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées du Niger (HALCIA), a organisé une Conférence régionale sur la lutte contre la corruption en Afrique de l'Ouest Le 26-27 Février 2015 à Niamey, au Niger

Cette conférence a réuni des chefs des13 autorités anti-corruption de la région, ainsi que leurs chefs d'investigation, pour la première fois depuis 2012 et voici les conclusions finales de cette importante conférence régionale Anti-corruption en Afrique de l’Ouest

Conférence régionale Anti-corruption en Afrique de l’Ouest :Conclusions finales

Du 26 au 27 février 2015, les autorités nationales de lutte contre la corruption de 13pays d'Afrique de l'Ouest se sont réunies à Niamey, au Niger, lors de la Conférence régionale sur l’anti-corruption en Afrique de l’Ouest Organisée (ONUDC), en partenariat avec la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) du Niger et avec le soutien financier de la République Fédérale d’Allemagne,

  :la Conférence avait pour objet de

 

Renforcer la coopération internationale entre les institutions de lutte contre la corruption en Afrique de l'Ouest

Renforcer la coopération dans le domaine des enquêtes anti-corruption

Élaborer un plan stratégique sur l’anti-corruption en Afrique de l'Ouest

 :Ainsi , Les participants à la Conférence

Conscients  de l’ampleur de la corruption et des pertes fiscales occasionnées par les flux financiers illicites dans la région de l’Afrique de l’Ouest et de leurs effets néfastes affectant le développement et la sécurité des pays de la région

Conscients de l’impunité persistante face aux crimes économiques et financiers, notamment le manque de poursuites aboutissants à de condamnations judiciaires définitives au sein de la région

Conscients des faiblesses institutionnelles et financières des autorités nationales de lutte contre la corruption

Prenant acte de la ratification du Protocole sur la lutte contre la corruption de la CEDEAO par huit pays de la région de l’Afrique de l’Ouest

Conscients de la nécessité d’une neuvième ratification du Protocole sur la lutte contre la corruption de la CEDEAO pour son entrée en vigueur

Prenant acte de la ratification de la Convention des Nations Unies contre la corruption et de la Convention de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption par 14 pays au sein de l’espace CEDEAO

Appellent les gouvernements de la CEDEAO à renforcer les cadres légaux de lutte contre la corruption, notamment les codes pénaux, les codes de procédure pénale, et les lois portant création des autorités de lutte contre la corruption, afin qu’ils soient conformes aux prescriptions de la Convention des Nations Unies contre la corruption, la Convention de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption, le Protocole de la CEDEAO sur la lutte contre la corruption et les Principes de Jakarta concernant les institutions de lutte contre la corruption.

Appellent les gouvernements de la CEDEAO à accroître les ressources budgétaires des autorités nationales de lutte contre la corruption afin qu’elles puissent s'acquitter de leurs tâches de manière satisfaisante tout en développant progressivement leurs capacités et améliorer ainsi le rendement de leurs activités dans la réalisation de leur mandat

Appellent les gouvernements de la CEDEAO qui n’ont pas encore ratifié le Protocole de lutte contre la corruption de la CEDEAO à le faire dans les meilleurs délais et d’en assurer la notification au secrétariat de la CEDEAO

Encouragent les autorités nationales de lutte contre la corruption de promouvoir les mesures préventives de lutte contre la corruption, d’accroître la communication et la sensibilisationde masse au niveau national, de renforcer les liens avec les acteurs de la justice et de prendre les mesures adéquates pour le recouvrement des avoirs

Encouragent les autorités nationales de lutte contre la corruption à rejoindre le réseau de points focaux de l’Interpol afin de faciliter la coopération internationale entre institutions ;

Félicitent la CEDEAO pour l’initiative de développer avec l’appui de l’ONUDC une stratégie régionale de la lutte contre la corruption en Afrique de l’Ouest, à travers le renforcement du Réseau des Institutions Nationales de lutte contre la corruption en Afrique de l’Ouest (RINLCAO)

Appellent les chefs des autorités nationales de lutte contre la corruption de la région de la CEDEAO à participer à l’assemblée générale du Réseau des Institutions Nationales de lutte contre la corruption en Afrique de l’Ouest(RINLCAO) qui se tiendra le 13 mars 2015 à Abuja, Nigeria en vue de la finalisation de la stratégie régionale et pour l’élection des membres exécutifs de ladite  association

Invitent les bailleurs de fonds à accroître leurs ressources financières et leurs contributions au niveau national et régional pour appuyer la lutte contre la corruption en Afrique de l’Ouest et les appellent à soutenir le RINLCAO

Expriment leurs remerciements aux organisateurs de la rencontre, notamment, le gouvernement de la République du Niger, la Haute Autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HALCIA),le gouvernement de la République Fédérale d’Allemagnes l’ONUDC, et appellent tous les partenaires à persévérer dans leur soutien pour l’accomplissement des actions envisagées ci-dessus

Fait à Niamey, le 27 février 2015  

 
Le Premier ministre reçoit les ministres sénégalais et malien de l'énergie et la directrice des opérations de la BM

  Le Premier ministre M. Yahya Ould Hademine a reçu en audience mardi à la Primature à Nouakchott Mme Meymouna Ndoye Seck ministre sénégalaise de l'énergie et du développeent de l'énergie renouvelable, M. Mamadou Frankali Keita, ministre malien de l'énergie et de l'hydraulique et Mme Viera Songwe, directrice des opérations de la Banque Mondiale

 
Appel à candidatures Formation régionale à l’Education aux Médias et à l’Information (EMI) Tunis, les 16, 17, 18 février 2015

 

Vous êtes journaliste aguerri, enseignant, documentaliste, spécialiste des médias ou de l’information ? Vous souhaitez ? devenir formateur en Education aux Médias et à l’Information et vous investir sur cette question

 

L’UNESCO organise, en partenariat avec l’IADH, à Tunis les 16, 17 et 18 février prochains un atelier régional de formation des formateurs en Education aux Médias et à l’Information. A cet effet, 20 participants d’Algérie, du Maroc, de la Mauritanie et de la Tunisie seront conviés à ces trois journées de formation. A l’issue de cet événement, les participants seront invités à former le premier réseau maghrébin d’experts-formateurs à l’EMI.

 

 

Si cette formation vous intéresse, nous vous remercions de remplir le formulaire en pièce jointe et de le retourner accompagné d’un CV, au plus tard le 20 janvier 2015 à minuit, aux adresses suivantes : 

هذا البريد الإلكتروني محمي من المتطفلين و برامج التطفل، تحتاج إلى تفعيل جافا سكريبت لتتمكن من مشاهدته

هذا البريد الإلكتروني محمي من المتطفلين و برامج التطفل، تحتاج إلى تفعيل جافا سكريبت لتتمكن من مشاهدته

 

 

 
<< البداية < السابق 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 التالي > النهاية >>

رتل القرآن الكريم

إعلان

إعلان

فيديو

الجريدة

إعلان